Dimanche dernier (le 12 juin), les Etats-Unis ont connu leur pire fusillade de masse : un homme est entré dans un club gay d’Orlando (Floride) et a ouvert le feu sur les danseurs, faisant 49 morts et 53 blessés. Il a prêté allégeance à l’Etat Islamique pendant l’attaque.
Bien qu’il ait été interrogé deux fois par le FBI pour des liens présumés avec des organisations terroristes, Omar Mateen n’a eu aucune difficulté à se procurer ses armes : un pistolet de poing et un fusil d’assaut de type AR-15, une arme fréquemment utilisée dans les fusillades aux Etats-Unis (notamment à Aurora, Newtown, San Bernardino).

Les réactions ne se sont pas fait attendre : les politiques, les candidats, le président, les présentateurs, les journalistes, tous ont réagi. Les fusillades de masse étant somme toutes courantes aux Etats-Unis, chacun a tenu le rôle qu’il tient habituellement dans ces circonstances : Obama et les démocrates ont fustigé le Sénat (à majorité républicaine) qui ne fait rien pour contrôler la circulation des armes, les républicains ont rétorqué que ce n’était pas une question d’armes mais de terrorisme. Quelques-uns ont noté que l’un n’excluait pas l’autre.

Et pourtant, il semblerait que cette fois-ci, le discours soit un peu différent. Dans les Late Show par exemple. Certes comme d’habitude, le temps d’un épisode, les jingles entrainants et les blagues sur la perruque de Trump ont cédé la place à un ton plus grave. Mais pour la plupart, les présentateurs ont poussé leur message plus loin, prenant clairement position pour un plus grand contrôle des armes : parce que, comme le fait remarquer Seth Meyers, qu’elles que soient les raison qui ont poussé Omar Mateen à commettre cet attentat, ce sont les armes qu’il a obtenu si facilement qui lui ont permis de mener à bien son projet.

Et ce ne sont pas seulement les réactions des présentateurs qui ont changé. Les politiques ont également décidé de prendre des mesures pour forcer le Sénat à passer quelques lois basiques pour un plus grand contrôle des armes. Un sénateur démocrate a usé du « filibuster », cette règle qui lui permet de monopoliser la parole aussi longtemps qu’il le souhaite, pour obtenir que les démocrates et les républicains légifèrent sur quatre propositions qui permettraient d’empêcher les terroristes présumés d’obtenir des armes.
Bien sûr, ces propositions sont déjà combattues par une partie des républicains, et la NRA (lobby des armes américains) est vent debout pour tenter de les faire échouer. Mais la pression d’une partie grandissante de la population et le poids qu’y mettent de plus en plus de figures médiatiques pourraient peut-être leur permettre de passer.

Est-ce que ces lois seraient suffisantes pour empêcher une nouvelle fusillade ? Non, absolument pas. Mais l’objectif des démocrates est de créer un précédent. Depuis des décennies maintenant, le 2nd amendement est intouchable parce que la NRA a dépensé des millions de dollars pour convaincre les américains

Mais le 2nd amendement n’a pas toujours été aussi intouchable, et les démocrates espèrent casser la dynamique des républicains en faisant passer une loi de bon sens qui leur permettra ensuite de pousser leur avantage pour passer des mesures plus restrictives.

Publicités