Depuis le début de la campagne pour les présidentielles américaines, beaucoup de commentateurs ont fait cette remarque :

We have never seen anything like this !

Et ils ont raison. Par bien des aspects, cette campagne est très différente des élections présidentielles qu’on a pu voir aux Etats-Unis. Pour la première fois, une femme est la candidate de l’un des parti majeur et Donald Trump est à lui seul une anomalie. Mais il serait trompeur de s’imaginer que Trump a le monopole des élections hors du commun. Il suffit de regarder les 20 dernières années pour se rappeler que la vie politique américaine est souvent pleine de surprises ! Et l’une des élections qui a le plus marqué les esprits reste la présidentielle de 2000.

Retour sur une élection qui a changé l’Amérique.

2000 : 35 jours d’incertitude

En 2000 donc, la présidentielle se joue entre Al Gore (Démocrate), vice-président de Bill Clinton, et George W. Bush (Républicain), gouverneur du Texas et fils de l’ancien président George H. W. Bush.

bush gore.jpg

Le 7 novembre au soir, la course est très serrée. Voilà le déroulé de la soirée :

  • au alentour de 20h : les chaînes d’information américaines et les networks (CNN, NBC, CBS, MSNBC, ABC) annoncent la victoire d’Al Gore en Floride. A ce moment là, les chaînes se basent sur les sondages de sortie des urnes : les bureaux de vote en Floride ne sont pas encore fermés.
  • à 22h : les chaînes annoncent qu’elle remettent la Floride dans la colonne des Etats indécis
  • à 2h30 (dans la nuit du 7 au 8 novembre) : 85% des votes ont été comptés en Floride et Bush a une avance d’environ 100 000 voix sur Gore. Les chaînes d’information annoncent la victoire de George Bush. Comme le veut la tradition, Al Gore appelle pour reconnaître sa défaite et s’apprête à prononcer son discours de concession.
  • à 4h30 (dans la nuit du 7 au 8 novembre) : l’écart entre Bush et Gore est tombé à environ 2000 voix, soit moins de 0,5%. Gore rappelle Bush et annule sa concession. L’écart est suffisamment restreint pour réclamer un recompte des voix. Le résultat de l’élection nationale dépend de la Floride.

Voilà les faits. Pendant les semaines qui vont suivre, les avocats des deux partis vont se lancer dans une lutte juridique sur les détails du recompte : faut-il recompter tous les districts de Floride ? faut-il compter les bulletins qui ont été mal percé ? faut-il recompter via les machines ? à la main ? combien de jours peuvent être accordés à ce recompte ?

Ce sera finalement la cour suprême qui tranchera le 12 décembre : en stoppant le dernier recompte des voix, elle assure la victoire de George W. Bush qui était en tête. Il aura donc fallu 35 jours pour arriver à un résultat et celui-ci est extrêmement controversé. Les problèmes avec les bulletins le jour du vote et lors des recomptes, l’exclusion des listes électorales de personnes ayant des noms proches de criminels condamnés (qui n’ont donc pas pu voter) ont fait de cette élection l’une des plus disputées de l’histoire des Etats-Unis.

Pour ceux que ça intéressent, le film Recount, produit par HBO et réalisé par Jay Roach revient sur cette curieuse élection.

Publicités